Le Stade des Alpes vise le Mondial 2019

img_7715
Grenoble accueille pour la première fois l’équipe de France de football féminine pour une belle affiche : France/Brésil. La rencontre est l’occasion pour la Ville de rappeler ses atouts en vue de la sélection des stades pour la Coupe du Monde 2019.

Effervescence au Stade des Alpes pour accueillir l’Équipe de France Féminine pour son premier match à Grenoble. Le manager général du GF38, Max Marty, se félicite de cette « belle affiche ». Le Stade sollicitait une rencontre auprès de la Fédération Française de Football (FFF). Ce France/Brésil est donc l’occasion pour le GF38 de rappeler la « confiance réciproque » qui existe entre le club et la fédération. Le match, qui se joue à guichet fermé (18.000 places vendues), « donne du crédit » au stade de Grenoble, candidat à la réception de matchs pour la Coupe du Monde en 2019 en France. Avec ses 20.000 places, le Stade des Alpes pourrait accueillir des rencontres de poule ou un quart de finale.

 

Ce dossier de candidature, porté à la fois par les associations sportives, la Ville et la Métropole de Grenoble, a pour objectif d’accompagner la volonté de la fédération à ouvrir ce sport aux femmes. Claus Habfast (Vice-Président de la Métropole de Grenoble à la Recherche, à l’Enseignement supérieur, à l’Europe et aux Équipements communautaires) insiste sur les raisons qui poussent la Métropole à soutenir cette candidature: « L’envie d’accueillir de grands évènements », d’une part, mais aussi la volonté de « développer le football féminin à travers des évènements moteurs » comme cette Coupe du Monde en France. Le Vice-Président ajoute : « c’est un projet que nous soutenons non pas à travers de la communication, mais à travers l’installation dans la durée de politiques sportives ».

 

Éric Piolle, le Maire de Grenoble, compare cette candidature à une « locomotive » qui permettrait de continuer à développer cette discipline. Il rappelle que la Ville soutient le sport féminin, notamment à travers la création de la première école de football féminin à Grenoble. Il précise que le stade ne nécessite aucun investissement pour cette candidature, et qu’il a déjà montré ses qualités, notamment lors de la finale de la Coupe de France. Un « succès » d’après le maire, qui insiste sur l’engouement populaire que suscite ce sport.

 

Les bénéfices d’un tel évènement seraient nombreux. La Métropole et le Maire attendent notamment des retombées économiques à travers la fréquentation lors de l’évènement, mais aussi sur l’image du territoire grenoblois lors des diffusions télévisuelles. Bien évidemment, l’accueil de rencontres internationales permettrait d’encourager la dynamique portée par les pouvoirs publics pour le développement du sport féminin. Olivier Véran, député de la première circonscription de l’Isère, insiste lui sur l’image qu’un tel évènement donnerait de la ville de Grenoble: « une ville ouverte, qui montre la voie ». Pour lui, s’intéresser à ce sport est « puissamment moderne ».

 

En effet, l’engouement est fort auprès des jeunes licencié(e)s de l’Isère. Il faut dire que le football féminin est en plein essor. Le Président du district de football de l’Isère, Michel Muffat-Joly, insiste sur les retombées que représente une telle rencontre en terme de nombre de licenciées les années suivantes : « On observe une augmentation de 8 à 10% dans nos clubs chaque année ». L’Isère compte plus de 2000 femmes sur 31000 licenciés.
David Unal

Laisser un commentaire